Menu de navigation principale Menu de navigation de la rubrique Contenus de cette page Mairie, coordonnées et horaires
 
 
Accueil > LE 17e AU QUOTIDIEN > Espaces verts > Square de l'Amérique Latine
 

 

Square de l'Amérique Latine

1 825m² / Accès boulevard de la Somme, place de la Porte de Champerret / Métro : Porte de Champerret / Aire de jeux pour les enfants / Accessible aux handicapés. (1931)

  

portrait Les passionnés d'Amérique latine visiteront ce square qui rend hommage à neuf personnalités qui ont compté dans l'histoire de l'Amérique Latine. Vous serez accueilli dès l'entrée (vers l'avenue Stéphane Mallarmé) par une statue de Jimenez Deredia, « Poème mythique », représentant une femme couchée. Elle fut offerte par le Costa-Rica à la Ville de Paris en 1992. La statue en bronze de Francisco Miranda (1750-1816), par Arturo Ruza, préside à cette assemblée de bronze, qui se détache d'une haie de charmes, au pied de laquelle se déploie des massifs fleuris. Patriote vénézuélien, il participa à la guerre d'Indépendance d'Amérique du Nord en tant qu'officier de l'armée espagnole, fut nommé général de l'armée française sous Dumouriez (vers 1792) et partagea sa vie entre l'Angleterre, les Etats-Unis, et le Vénézuéla où il finit ses jours, livré aux Espagnols par Simon Bolivar.

Autour de lui, formant un arc de cercle, se tiennent respectueux (de gauche à droite), Andres Bello (1781-1864), poète, philosophe, juriste et grammairien vénézuélien, Juan Montalvo (1832-1889), essayiste et polémiste équatorien, Ruben Dario (1867-1916), poète nicaraguayen et grand voyageur, Benjamen Vicuna Mackenna (1831-1886), historien chilien, Ricardo Palma (1833-1919), conteur folkloriste péruvien, José E. Rodo (1871-1917), prosateur uruguayen, José E. Marti (1853-1895), patriote et écrivain cubain et Just Sierra (1848-1912), écrivain mexicain.

null

 
Vous croiserez au détour de ses allées quelques platanes hybrides et des arbres qui jouent avec les volumes : un saule drapé touffu, un noisetier aux rameaux étonnamment tortueux et aux feuilles frisées, un eucalyptus de Tasmanie au feuillage bleu, un Physocarpus opulifolius 'diablo' au feuillage pourpre et un Exhocorda racemosa aux floraisons d'avril et mai d'un blanc pur extraordinaire. Les enfants, ignorant ces destins glorieux, passent sans s'arrêter devant eux pour rejoindre l'aire de jeux, dont le succès ne faiblit pas grâce à la « caverne d'Ali-Baba ».

 

 

 

 
-->