Menu de navigation principale Menu de navigation de la rubrique Contenus de cette page Mairie, coordonnées et horaires
 
 
Accueil > LE 17e AU QUOTIDIEN > Espaces verts > Promenade Bernard Lafay
 

 

Promenade Bernard Lafay

78 027m² / Accès rue de Saussure / Métro : Pereire / Aires de jeux pour les enfants / Bacs à sable / Piste à patin / Chiens autorisés tenus en laisse dans certains îlots. (1990)

Achevée en 1990, cette longue promenade s'étend sur près de 2 km, de la Porte Maillot à la Porte d'Asnières. Elle rend hommage à Bernard Lafay (1903-1977), plusieurs fois ministre, puis président du Conseil de Paris, député et sénateur. Il fut également médecin militaire pendant la seconde guerre mondiale et cité par le général de Gaulle comme « l'exemple même du médecin pendant la résistance ».

La promenade relie entre eux différents jardins : Cardinal Petit-de-Julleville, Lucien- Fontanarosa, Jacques-Audiberti, Marguerite-Long, Auguste-Balagny, Lily-Laskine, Caporal Peugeot, Sainte-Odile, André-Ulmann et l'îlot C3. Certains îlots, entre le square Audiberti et le square Fontanarosa, entre l'avenue de la Porte de Champerret et l'avenue de Villiers, entre la rue du Caporal Peugeot et la rue de Courcelles, sont ouverts à la gent canine.

Cette élégante promenade rythmée par des espaces tantôt clos, tantôt ouverts, est bordée d'espaces engazonnés d'où s'élancent des arbres et des arbustes, qui masquent astucieusement la vue et le bruit du boulevard périphérique si proche. Les bancs accueillent les conversations animées des parents, qui bénéficient de nombreuses aires de repos, et des aires de jeux, tout aussi nombreuses, déversent leurs flots de jolies têtes blondes à chaque heure du jour. Ils y retrouvent leur « village de jeux », grimpent sur « l'Etna », s'enfoncent dans « la forêt », et sautent sur « l'écureuil », « le lapin », « le sanglier » et « l'abeille ».

Aux arbres résineux, dont la majesté n'échappera à votre regard, (Pins noirs d'Autriche, Cèdres de l'Himalaya, Cèdres bleus de l'Atlas, Pins Griffitis, Cyprès de Leylande) s'ajoutent une variété incalculable d'arbres feuillus. Parmi eux, des essences comme le cerisier Fleurs, le tilleul ou le noisetier de Byzance dont les variétés les plus communes sont utilisées respectivement dans l'ébénisterie, la lutherie, ou la menuiserie et l'industrie du papier. L'un d'entre eux, le Paulownia fut baptisé du nom de Anna Paulowna, fille du Tsar Paul 1er, à laquelle sa fleur fut dédiée. La floraison de cet arbre de grande taille, bleue ou mauve, est particulièrement décorative. Vous retrouverez également de plus classiques marronniers, dont le nom viendrait d'un radical préroman qui signifiait alors « caillou » ( ! ), et des chênes d'Amérique, des sorbiers aux baies rouge-orangé, des érables, des platanes ou encore des albizias aux fleurs d'un joli rose pâle, en forme de pinceaux ébouriffés !
De nombreux arbustes aux noms étranges, pour les moins avertis, sont disséminés sur le parcours de la promenade : cornus, sambuscus, perperis, ilex, mais aussi quelques magnolias, hibicus, choisyas ou forsythias. Ils voisinent avec des massifs de rosiers et de fleurs, dont les formes et les couleurs ne lassent pas d'inspirer les jardiniers-artistes de notre macadam parisien, qui créent chaque année de nouvelles compositions.