Compte rendu Réunion publique "SÉCURITÉ ET TRANQUILLITÉ PUBLIQUE"

Compte rendu de la Réunion sécurité rue Rostropovitch – 12.03.19


Compte rendu de la réunion publique du 17 JUILLET 2018


Présents

Geoffroy Boulard, Maire du 17ème

Hubert de Segonzac, Adjoint au Maire chargé de la Sécurité

Christophe Ledran, Adjoint au Maire délégué CCQ Péreire-Malesherbes

Christophe PIZZI, Directeur du GPIS (groupement parisien inter bailleurs de surveillance)

Hakim Chalane, chargé de mission sûreté Paris-Habitat

Eric Dame, Chef d’agence Paris Habitat

Commandant Werner Vitu, Commissariat de police

André Deleignies - Direction de la Prévention, de la Sécurité et de la Protection (DPSP)

Catherine Landau, chargée de mission en charge des commerces, de la sécurité, des Affaires européennes et internationales (Mairie du 17ème)

Riverains

*****

A la suite d’une pétition (142 signataires) réalisée auprès des riverains et d’une première réunion qui s’est tenue avec le pétitionnaire, Geoffroy Boulard, Hubert de Segonzac et Christophe Ledran ont souhaité faire un point sur la physionomie de la rue des Tapisseries.

Geoffroy Boulard remercie les riverains d’être venus aussi nombreux et rappelle que la municipalité n’a pas les pouvoirs de police mais il est nécessaire d’obtenir les doléances des riverains afin de mieux orienter les différentes actions et fixer les priorités.

NUISANCES SOULEVEES

- Un résident du 14 rue des tapisseries, indique que la sécurité s’est totalement dégradée depuis 20 ans, avec un abandon total de la population

- Un habitant indique avoir été agressé avec un jet de Vélib’.

- Un autre résident du 14 rue des tapisseries affirme la croissance de l’insalubrité, des incivilités et de l’insécurité, tant sur la voie publique que dans les accès d’immeubles.

- Une personne domiciliée au 1 rue des Tapisseries considère que cette voie est contaminée par des individus provenant de la rue de Saussure.

Il sollicite une meilleure sécurisation par les forces de police, afin d’éradiquer les réunions nocturnes (pouvant regrouper jusqu’à 50 personnes) se poursuivant jusqu’à des heures très avancées avec de la musique à haute intensité sonore en particulier.

- On note plusieurs propos signalant des menaces verbales adressées principalement à des femmes seules de tout âge.

- Une personne requiert une implication de l’ensemble de la population, en ayant une attitude exemplaire dans tous les domaines : respect des règles de vie en communauté, respect des lois en vigueur, exemplarité à donner par les bailleurs sociaux et les services de la Ville (ceux-ci faisant un travail important malgré tout).

- Une personne demeurant rue Christine de Pisan interpelle le Commandant Vitu en lui indiquant avoir récemment appelé le 17 et avoir signifié à son interlocuteur la présence de dealers sous ses fenêtres avec indication précise du lieu de stockage mais les intervention se font tardivement.

- Suite aux incendies rue de Saussure, dans la nuit du 25 au 26 juin au 148 et dans la nuit du 5 au 6 juillet au 132 (Magasin Franprix), de nombreuses personnes sont inquiètes. Elles demandent que les coffrets de robinet de barrage gaz (G.R.D.F.) soient sécurisés.

- Un résident du 154 rue de Saussure, soutenu par de nombreuses personnes de l’assistance, déplore les « rodéos de 2 roues et de quads » dans les deux sens de circulation de la rue, alors qu’elle est en sens unique (entrant Paris), à des heures tardives, mais débutant de plus en plus tôt dans la soirée voire en fin d’après-midi. Les quads utilisent toujours le même circuit.

- Une habitante du 8 square Paul Paray constate la présence récurrente de bandes qui fuient par le square en sautant au-dessus des barrières qui sont fermées la nuit.

- Un résident du 19 rue des Tapisseries suggère que soit mise en place une meilleure éducation des enfants dès le plus jeune âge et un accompagnement des adolescents.

- S’adressant aux représentants de Paris Habitat, une habitante en rez-de-chaussée du 5 rue des Tapisseries déplore avoir été l’objet d’une tentative de cambriolage en plein jour, heureusement avortée grâce à la réactivité de son époux et de son fils.

- Elle indique avoir mis en place une protection en plexi incassable (type LEXAN) à ses frais. Elle demande que la composition des espaces verts situés sous ses fenêtres soit revue afin d’éviter les cachettes de produits illicites.

- De nombreuses remarques sont formulées quant à la prolifération des rats.

- Les représentants de Paris Habitat sont interpellés par une personne habitant au 134 rue de Saussure en leur faisant remarquer qu’en cas de sinistre important seule la grille côté placette (Franprix et Ressourcerie) permettrait une évacuation des habitants, les autres grilles étant condamnées par des cadenas.

- Une autre habitante du 134 rue de Saussure, complète ce propos en notifiant que lors de l’incendie du 6 juillet dernier, les sapeurs-pompiers ont considéré les circulations compliquées au sein des immeubles et les accès aux terrasses complexes.

Au vu des nuisances répétées, les riverains craignent pour leur sécurité et n’osent pas dénoncer par peur des représailles mais proposent un réaménagement de la place pour empêcher l’accès aux scooters afin d’éviter l’aspect attractif.

INTERVENTION DES ELUS

Geoffroy Boulard tient à souligner qu’outre le fait de créer des moyens pour encadrer les jeunes, il en va avant tout de la responsabilité parentale et cette situation sera soulevée dans le cadre de la réunion du contrat local de sécurité qui aura lieu le 3 octobre à 15h à la mairie.

Il indique que TVAS 17 (club de prévention) intervient pour intégrer les adolescents à la vie sociale et professionnelle.

Le double accès piétons par la rue de Saussure et le boulevard Pereire des divers bâtiments de Paris Habitat jalonnant la rue des Tapisseries et présente un aspect spécifique propice aux incivilités. Geoffroy Boulard suggère qu’une réflexion de « résidentialisation » soit portée par les acteurs locaux, afin d’apporter une amélioration de la sérénité et de la sécurité des résidents.

Une étude est en cours pour une mise en place éventuelle de ralentisseurs rue de Saussure et rue de Tocqueville (entre Porte d’Asnières et le boulevard Pereire).

Une demande de caméras a été effectuée auprès de la Préfecture mais il faut savoir que la Mairie de Paris émet quelques réserves contrées par le Maire du 17ème qui monte au créneau lors du Conseil de Paris afin d’obtenir des caméras supplémentaires sur certains secteurs notamment la rue des Tapisseries.

Le renforcement de la télésurveillance avec la mise en place d’une caméra complémentaire au carrefour Saussure/Tapisseries est un sujet récurrent, déclare Geoffroy Boulard. Même si un tel équipement est très souvent l’objet d’un déplacement de la problématique, il s’engage à « repartir au combat » une nouvelle fois auprès des instances décisionnaires afin d’aboutir au plus tôt. Il notifie que le Préfet de Police de Paris vient de prendre une décision favorable pour la mise en place d’un tel équipement rue Albert Roussel. Une implantation à ce croisement permettrait une surveillance des rues de Saussure (en complément de celles existantes au droit du 153 et du 116), du square Paul Paray et de la rue des Tapisseries.

Il précise que la salle dédiée à la télésurveillance au sein du commissariat, qu’il a visitée dernièrement, est performante et permet églement d’orienter, le cas échéant, les patrouilles en circulation sur la voie publique.

Les problèmes de sécurité relevés rue Albert Roussel/rue Marguerite Long (Les Hauts de Malesherbes) font l’objet d’opérations chirurgicales de police afin d’aboutir à des décisions judiciaires.

Le Maire demande une forte implication du bailleur social Paris Habitat afin de sécuriser par vidéo-protection les accès aux bâtiments (Ce qui devrait également être sollicité auprès d’ICF La Sablière autre bailleur social possédant un fort patrimoine social au long de la rue de Saussure)

En réponse à la personne ayant évoqué le square Paul Paray, Christophe Ledran précise que cet espace fait actuellement l’objet d’une étude de réaménagement par les services des Parcs et Jardins de la Ville de Paris.

Il invite également les riverains à participer au vote du budget participatif qui aura lieu du 7 au 23 septembre prochain sur le projet de rénovation par des paysagistes du square Paul Paray et dont le montant alloué est de 475 000,00 €.

Présence de rongeurs

En ce qui concerne la prolifération des rats et après avoir reçu le collectif citoyen « rats le bol Paris » lancé par des habitants du 17ème, Geoffroy Boulard a décidé d’agir. Une plateforme de signalement en temps réel de la présence de rats sur l’espace public est ainsi lancée par la Mairie du 17ème en parallèle d’un numéro d’appel du lundi de 9h à 18h : 01 44 69 17 86 FB : @RatsLeBol

C’est un sujet que connait bien le Maire du 17ème. Une réunion publique sur le sujet –une 1ère à Paris- a d’ailleurs été organisée en octobre dernier à la mairie.

Geoffroy Boulard est également intervenu au Conseil de Paris en mars dernier pour défendre un vœu demandant à ce que la Maire de Paris autorise les maires d’arrondissement à expérimenter des techniques innovantes en matière de dératisation, en lien avec les services concernés de la Ville. Un vœu rejeté par l’exécutif parisien. Un flyer rappelant les bonnes pratiques à adopter pour éviter la prolifération des rongeurs avait d’ailleurs également été diffusé dans l’arrondissement. Néanmoins, les rats se multiplient, leurs signalements aussi…

Le site « signalerunrat.paris » est un outil innovant qui permet de signaler en temps réel la présence de rats (vivants ou morts sur l’espace public). Dès réception du signalement, la Mairie du 17ème se chargera de transmettre l’information aux services centraux de la Mairie de Paris.

Cambriolages

On constate par ailleurs une explosion de cambriolages par rapport à l’an dernier.

Une opération « tranquillité vacances » a été mise en place et il suffit de communiquer au commissariat les jours d’absence afin que des patrouilles puissent vérifier régulièrement les adresses signalées.

Des constats de négligence ont été relevés et il est donc important de bien vérifier que les fenêtres et portes soient bien fermées avant le départ en vacances et ne pas laisser les clés dans les boites aux lettres.

Incendies

Deux incendies se sont déclarés le 26 juin dernier et dans la nuit du 5 juillet entre le magasin Franprix et la Ressourcerie situés 134 rue de Saussure dans le 17ème. Une palette de livraison, déjà présente sur les lieux du sinistre, a été volontairement embrasée au pied d’un coffret qui donne accès à une bouche de gaz. Au bout de quelques temps, le feu s’est propagé dans le coffret GRDF ce qui a provoqué la fuite de gaz et a conduit à une évacuation d’un immeuble comprenant une centaine de personnes. Aussi, et afin de pallier ce genre d’incident, le Maire a envoyé un courrier à l’ensemble des commerces de proximité de l’arrondissement afin de leur rappeler l’interdiction d’entreposer des palettes ou tout autre encombrant sur la voie publique.

INTERVENTION DU GPIS

Le GPIS, service de prévention et de surveillance opérationnelle et composé de 154 collaborateurs, intervient en dehors des heures de travail des personnels de proximité des bailleurs et a pour missions essentielles de prévenir la délinquance, assurer une présence humaine en soirée et la nuit, renforcer le sentiment de sécurité des locataires et affirmer l'autorité des bailleurs sur leurs sites.

Patrimoine de 75 000 logements répartis entre le 17ème et le 18ème arrondissements.

Ce dernier trimestre de nombreuses rondes ont été effectuées suite à des agressions ayant entraînées des blessures (Tapisseries et 164 rue de Saussure).

Les interventions émanent d’appels anonymes mais le GPIS n’a pas la compétence légale pour intervenir sur la voie publique, uniquement dans les parties communes.

Des opérations conjointes vont être menées avec la police mais il est impératif de composer le numéro du GPIS 01 58 60 20 28 pour toute infraction constatée.

Le GPIS peut procéder à des évictions en actions communes avec la police.

INTERVENTION DE LA DPSP

La DPSP effectue un travail de coordination avec la police et œuvre surtout sur la lutte contre les incivilités (dépôts sauvages, déjections canines, épanchement d’urine, mégots, jets d’objets) et depuis le 1er janvier sur le stationnement.

La DPSP est habilitée à relever les identités mais fait appel aux services de police dont les pouvoirs sont plus coercitifs pour les contrôles d’identité notamment et peut officier en civil également.

Il est conseillé aux riverains d’utiliser l’application « dans ma rue » sur internet lorsqu’ils observent des troubles (stationnements illicites, encombrants, incivilités diverses).

INTERVENTION PARIS HABITAT

Paris Habitat travaille de concert avec les services de police et le GPIS.

Il est rappelé aux riverains que les gardiens disposent d’un outil informatique pour recenser les actes d’incivilités sur le patrimoine qui permet d’argumenter lors d’un dépôt de plainte auprès du commissariat.

Il existe des textes règlementaires se rapportant à la protection des bâtiments d’habitations contre l’incendie et Paris Habitat confirme que l’immeuble du 1 rue Christine de pisan est soumis à cette règlementation.

Ces différents textes imposent, en fonction du nombre d’étage, non seulement des règles constructives, comme par exemple, l’encloisonnement de la cage d’escalier mais aussi des équipements de sécurité comme par exemple, la présence de blocs secours ou le désenfumage de la cage d’escalier.

Ces textes règlementaires imposent à Paris Habitat de procéder également à l’entretien des équipements anti incendie et les installations du 1 rue de pisan sont contrôlés périodiquement par le prestataire en sécurité incendie.

Paris Habitat rebondit sur les signalements de la condamnation par cadenas de grilles de sorties d’immeuble et ce la complexité des accès signifiés par les pompiers et affirme que le sujet sera abordé très rapidement afin d’y apporter les mesures nécessaires.

Incendies

La parade contre l’incendie n’est véritablement complète qu’en couplant au dispositif déjà en place dans les parties communes un détecteur de fumée dans les logements. C’est la raison par laquelle tous les logements sont tous équipés de DAAF (détecteur avertisseur autonomes de fumée). En effet ce sont les fumées qui s avèrent êtres les plus dangereuses et susceptibles de générer des gaz asphyxiants pouvant provoquer le décès.

C’est pour cette raison qu’il n existe pas de plan d’évacuation dans un immeuble d’habitation. En cas d’incendie vous devez impérativement vous calfeutrer chez vous en attendant l’arrivée des pompiers. Les logements sont conçus pour résister au moins 1 heure à un feu. Il est conseillé de mettre un linge humide au bas des portes pour éviter la pénétration des fumées et signaler par une fenêtre votre présence aux pompiers.

L évacuation d’un immeuble d’habitation est soumis à des procédures encadrées par les Sapeurs Pompiers de Paris.

INTERVENTION DU COMMISSARIAT

Des actions conjointes avec la DPSP sont menées (verbalisations…)

Il est impératif de composer le 17 lors de constat de troubles, de bien identifier le problème, le lieu et les horaires afin d’être très précis et faire en sorte que la police puisse remédier très rapidement au problème.

Cependant il faut savoir que lorsque les riverains appellent le commissariat, une patrouille peut se déplacer dans l’immédiat si elle est disponible mais peut tout aussi bien être mobilisée ailleurs d’où le délai d’intervention.

Le commandant remarque la présence de nombreux mineurs sur le secteur et souhaite mettre en place un dispositif afin d’y remédier.

Il est important d’inverser la tendance et que ce soit la police qui occupe le terrain afin de créer un sentiment d’insécurité.

En ce qui concerne les rodéos de quads, motocross etc (en principe du Haut de Malesherbes jusqu’au bd Péreire puis en contresens), si les engins sont immatriculés il ne peut y avoir de réquisition mais un rappel du respect du code de la route est effectué assorti d’un PV.

3 arrestations de conducteurs de 2 roues effectuant des « rodéos » au cours des derniers mois, avec déferrement au parquet de Paris ont été confirmées.

****

Le maire tient à informer les riverains que le 25 juillet prochain, une loi sera votée au Sénat afin de considérer les rodéos comme un délit et l’application en sera immédiate.

Une réunion sous forme de marche exploratoire in-situ s’est tenue le 23 juillet en présence de représentants de divers services de la Ville de Paris et du commissariat et de la voirie en particulier afin d’examiner les solutions potentielles à mettre en place permettant de minimiser les incivilités, les trafics de produits illicites, les « rodéos et moto-cross », la circulation des 2 roues motorisées sur les trottoirs, etc.

Les élus, caisse de résonnance des citoyens, rappellent qu’il appartient aux riverains de faire remonter impérativement les doléances que ce soit auprès de la mairie, de Paris Habitat, du GPIS ou du 17 afin de trouver des solutions en amont.

Dernière mise à jour le jeudi 21 mars 2019

Restez connecté

Lettre d'information

Pour suivre l’actualité de votre arrondissement, inscrivez-vous à la newsletter !

Je m'abonne

Paris j'écoute

11h5712h56
@roualloche
@Parisjecoute Comment peut-on accéder au plan de déplacement de Paris ?
@Parisjecoute

@rouallo Bonjour, vous le trouverez ici : http://ow.ly/4mIVUC Bonne journée !

17h1916h39
@mlauribault
@Paris Où se situent les nouveaux espaces verts ? Merci.
@Parisjecoute

@mlauribault Bonjour, Vous trouverez tous les détails sur les nouveaux espaces verts ici : http://ow.ly/10Ctk8 Bonne journée.

14h814h53
@Djackbroute
@Parisjecoute Bjr, ou est-il possible d'avoir des données concernant l'estimat° du trafic routier à long terme dans certaines rues de Paris?
@Parisjecoute

@Djackbroute Bonjour, il est possible que cette page du site de la Préfecture réponde à votre demande : http://ow.ly/10C9PR

10h5713h1
@nicostewz
@Paris Bonjour, savez-vous si l'affiche de l'inauguration de la Canopée est dispo qqe part?
@Parisjecoute

@nicostewz Bonjour, il n'y en a malheureusement plus. Bonne journée ! cc @Paris